Oréane - Paysagiste

Au printemps, favorisons la pollinisation !

Publié le 10/03/2015 dans Biodiversité, Conseil de jardinage

Voilà environ 30 ans que nos abeilles se meurent, intoxiquées par les engrais, pesticides, insecticides et autres herbicides. Les populations d’insectes pollinisateurs déclinent chaque jour un peu plus, de même que les plantes sauvages riches en nectar. Tentons de ralentir ce malheureux processus en plantant des espèces nectarifères et mellifères dans nos jardins, terrasses ou balcons !

bee

Abeille (Apis Mellifera)

Qu’est-ce que la pollinisation ?

La pollinisation désigne la fécondation indispensable à la reproduction sexuée des plantes à fleurs et consiste au transport des grains de pollen produits par les organes mâles de la plante (étamines) vers les organes femelles (pistils). Ce « service écosystémique » rendu par les pollinisateurs (notamment les insectes et majoritairement les abeilles) s’avère indispensable à l’agriculture et la culture des arbres fruitiers.
En Europe, 35% de nos ressources alimentaires dépendent directement de la pollinisation par les insectes et à 80% des abeilles. Sans leur intervention, nous serons peut-être bientôt contraints de nous contenter de céréales ou de riz, en regrettant nos savoureuses tomates, courgettes, cerises, fraises, pommes etc. Sans oublier bien sûr ce pourquoi les abeilles travaillent : le miel !

Les pollinisateurs 

Outre les abeilles, la famille intègre également les bourdons, papillons, moustiques, syrphes, mouches, quelques coléoptères, les oiseaux et…le vent !

Quelles plantes ou fleurs devons-nous favoriser ?

Au jardin

Première règle : conservez les fleurs sauvages ou plantez-en. Si vous avez la chance de voir pousser la mauve, les pissenlits, les soucis, les pâquerettes, le fenouil, la menthe buddleia ou encore la reine des prés dans votre carré de verdure, ne soyez pas trop prompt à l’arrachage. Ces espèces attirent naturellement les abeilles et peuvent en outre s’intégrer dans vos massifs sans en perturber l’esthétique.

Espèces sauvages à conserver ou réintégrer 

Bleuet, coquelicot, vipérine commune, sauge des prés, molène, digitale, limnanthe, physostégie, dracocéphalum, fenouil, pissenlit, reine des prés, monarde…

Vipérine commune

Vipérine commune

 
Autres fleurs et plantes à privilégier  

Lavande (floraison longue durée, parfum subtil qui…repousse les pucerons !),marjolaine, agastache, eupatoire, giroflée arbustive, népéta, phacélie, bourrache, thym.

Agastache Mandarin

 

 

 

 

Terrasses et balcons

Vous avez aménagé un petit potager ? Pour accroître le rendement, complétez  avec des plantes aromatiques et méllifères telles que la sauge, le thym, la sarriette, l’aneth, la coriandre. La lavande, les capucines et les soucis sont également les bienvenus !

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

L’abeille peut visiter 250 fleurs en… 1 heure ! Elle peut stocker sur une seule de ses pattes postérieures 500 000 grains de pollen.

A éviter

Les traitements chimiques bien sûr, mais n’abusez pas non plus de produits naturels. Préférez-leurs des plantes connues pour repousser les parasites nuisibles, les pièges à phéromones, les bandes de glu…
Un jardin trop « entretenu » : bienvenue aux paillages, tiges creuses, petits tas de bois etc. car ces abris permettent aux auxiliaires, insectes pollinisateurs et anti-ravageurs, de passer l’hiver et se reproduire : coccinelle, bourdon, carabe, osmie, perce-oreille, grande sauterelle, chrysope…En outre, ne soyez pas trop sévères avec les orties. Conservez-leur un endroit dédié, car elles sont également délicieuses et faciles à cuisiner ! Voir l’article sur notre page Facebook ).

 

 

Pas intéressantPeu intéressantMoyennement intéressantIntéressantTrès intéressant (2 vote(s), moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

  • Google+