Oréane - Paysagiste

Le charançon, fléau des Pyrénées-Orientales

Publié le 10/01/2019 dans Insectes ravageurs, Soin des palmiers

Les palmiers du littoral méditerranéen sont en danger depuis plusieurs années. Le Petit Journal Pays Catalan a d’ailleurs consacré un article au sujet début janvier, que nous vous rapportons.

Le charançon rouge, un ravageur venu d’Egypte

Descente du plateau apicale suite infestation

Selon l’ANSES (Agence de sécurité sanitaire), il est déjà trop tard pour sauver les palmiers du pourtour méditerranéen.L’agence recommande donc vivement de protéger les palmiers contre le charançon rouge, fléau venu d’Egypte. Introduit vers 2006 via des cargaisons de palmiers importés d’Egypte à bas prix, le charançon produit des larves qui détruisent les palmiers de l’intérieur.
Le rapport rendu au Ministère de l’Agriculture, sur sa demande, conclut à la quasi impossibilité d’éradiquer le charançon dans les 7 départements du littoral Méditerranéen et la Corse, au vu de sa prolifération croissante sur les dix dernières années.

Dans la zone méditerranéenne, l’objectif réaliste serait des stabiliser la population de ces ravageurs et de réduire son impact sur la mortalité des palmiers, tout en contrôlant aussi longtemps que possible son aire d’extension géographique. Cependant, l’Anses souligne le coût très conséquent de cette démarche. Du côté de notre région Occitanie, une seconde alternative semble se profiler. Dans les Pyrénées-Orientales, l’Héraut, l’Aude, le Gard, il semblerait possible de limiter la protection à certains palmiers et proposer des espèces végétales de remplacement pour les zones non protégées, en plantant donc d’autres arbres.

Charançon rouge

Le rôle des institutions

La lutte contre le charançon ne relève pas tant d’un problème technique, mais plutôt d’une volonté politique, comme en témoigne l’exemple des Canaries, ou encore du palmier des oasis, où il a pu être éradiqué. Il est donc nécessaire de prévenir et impliquer nos élus dès que l’on aperçoit un palmier malade.

L’exemple des Canaries

A Saint Raphaël, deux années ont été nécessaires pour éradiquer le charançon. Ailleurs que sur la Riviera, là où les palmiers sont rares mais où le charançon est quand même apparu (Morbihan en 2013, Normandie en 2017), l’objectif demeure l’éradication totale. Les palmiers sont géo-référencés, inspectés visuellement par des professionnels et abattus dans les 24 h quand leur assainissement s’avère impossible.

Dans les zones infestées, des traitements insecticides ont été massivement appliqués pour réduire la pression du charançon et protéger les palmiers sains. Des pièges à phéromones ont été également déployés.

Un atout inattendu : la crise financière de 2008

En effet, l’urbanisation touristique a marqué le pas, contribuant à éviter l’importation de palmiers d’ornement infestés dans l’archipel.

En Israël en revanche, le combat est en passe d’être perdu dans ce pays qui semblait pourtant bien parti pour sauver ses vergers de dattiers dans les années 1999 à 2004. Comme aux Canaries, e traitement a été massif et coordonné, mais à partir de 2009, le charançon est réapparu dans des sites privés et les municipalités concernées n’ont en général pas pris la responsabilité de traiter. A ce jour, le charançon prolifère à peu près partout dans ce pays.

Si vous apercevez un palmier malade à Perpignan ou ailleurs, signalez-le auprès de votre mairie !

N’hésitez pas à nous contacter au 06 72 93 87 32 pour tout renseignement ou devis.

 

 

Pas intéressantPeu intéressantMoyennement intéressantIntéressantTrès intéressant (1 vote(s), moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

  • Google+