Oréane - Paysagiste

Le retour des chenilles processionnaires

Publié le 16/06/2016 dans Blog, Insectes ravageurs

Parce que le phénomène est loin d’être résolu, Oréane vous alerte régulièrement sur la dangerosité des chenilles processionnaires.

CHENILLES-PROCESSIONNAIRES

Le mois de juin est une étape charnière, comme en témoigne notre partenaire, « La Mésange Verte » :

 » Les premiers vols de papillons ont démarré sur la façade Atlantique. Si vous ne l’avez pas encore fait, il est temps de vous équiper de piège à phéromone. Ces pièges attirent, grâce à la capsule de phéromone, des papillons mâles avant qu’ils ne se reproduisent. Installer des pièges à phéromones permet alors de connaître les dates des premières et dernières pontes, pour évaluer l’infestation future. Plus vous capturerez de papillons, plus le risque d’infestation sera important.

Toutes ces informations vous permettront de planifier les étapes de votre plan de lutte annuel, notamment pour les collectivités qui souhaitent faire un traitement par Bacillus Thuringiensis.

Le piège à phéromone permet de réduire le nombre de ponte et donc le nombre de cocons dans vos arbres. Il est devenu un outil indispensable de la lutte contre la chenille processionnaire du pin, dont le volume de population est en constante progression à cause du changement climatique ».

Cycle de vie

  • La chenille processionnaire du pin est la larve d’un papillon de nuit nommé Thaumetopoea pityocampa forme « adulte » de la chenille. Selon le climat, le papillon éclot à l’arrivée de l’été,  entre juin et septembre.
  • Pour pondre ses oeufs, la femelle affectionne particulièrement les pins et les cèdres. Sur les branches, on aperçoit alors une sorte d’écheveau grisâtre de 2 à 5cm, recouvert d’écailles. Ces oeufs sont regroupés par paquets de 150 à 320 !
  • Environ un mois et demi après la ponte, c’est l’éclosion, à partir de laquelle les chenilles procèderont à 3 mues, jusqu’à la période hivernale.
  • Les nids, repérables à leur forme de cocon blanc, sont exposés côté soleil.
  • Les larves, qui se nourrissent d’aiguilles de pins, engendrent des dégâts importants : jaunissement des aiguilles, affaiblissement de l’arbre. A ce stade, elles ne sont pas encore urticantes.
  • Les jeunes chenilles sortent la nuit pour se nourrir. Comme leur nom l’indique, elles se meuvent alors en « procession », à la queue-leu-leu. Le reste du temps, elles restent dans le nid…au chaud.
  • A l’arrivée du printemps, les chenilles quittent leur foyer pour aller s’enterrer dans un endroit exposé au soleil. C’est là que l’on peut apercevoir les processions diurnes.
  • Une fois enterrée, chaque chenille fabrique le cocon qui lui permettra de procéder à leur transformation en chrysalide puis en papillon, qui sortira de terre à une période variable. Le cycle reprend alors son cours : accouplement, mort du mâle, ponte, mort de la femelle. Eclosion des oeufs entre 30 et 40 jours après la ponte.

 

 

Chenilles processionnaires : RAPPEL DES DANGERS !

Notre partenaire : La Mésange verte

 

 

 

 

Pas intéressantPeu intéressantMoyennement intéressantIntéressantTrès intéressant (3 vote(s), moyenne : 4,67 sur 5)
Loading...

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

  • Google+