Oréane - Paysagiste

Les avantages des paillis organiques

Publié le 25/10/2015 dans Blog
  • En général, nous préférons nos jardins « bien propres », sans feuilles ou branches « indésirables ». Pourtant, dans la nature, « désordre » apparent en réalité très organisé, le sol est rarement « nu ». Branchages, cailloux, écorces, feuilles, paille, représentent autant de protecteurs naturels face aux aléas climatiques. Prenons exemple, redécouvrons les vertus du paillage organique !
    paillage3

    Paillis fibre coco

     

    Quelle que soit la saison, le paillis aide la nature à se protéger de la sécheresse, de la chaleur et du froid. Simple, économique et écologique, le paillis  :

    ° Limite les arrosages en été, en évitant le dessèchement du sol : un bon paillage = 3 fois moins d’arrosages ! En effet, ce phénomène d’évaporation est 3 fois plus important sur un sol nu que sur un sol forestier.

    ° Assure une protection des plantes contre le froid en limitant les écarts jour/nuit. Au printemps, la chaleur du jour est maintenue. Inversement, en été,  en été le sol demeure plus frais. Ainsi, lorsque les températures augmentent, les racines des plantes sont moins réchauffées, et les plantes transpirent moins. Tout comme les bulbes ou les racines des plantes sensibles qui seront protégés du gel hivernal.

    ° Favorise la lutte biologique contre les ravageurs. En effet, les paillis organiques protègent les insectes auxiliaires (utiles au jardin) pendant l’hiver.

    ° Entretient l’activité micro biotique du sol. Régulateur thermique et hydrique, le paillage permet d’assurer de bonnes conditions à la vie microbienne du sol. En effet, ce sont ces micros organismes qui assurent la minéralisation des différents engrais et amendements, les rendant ainsi disponibles aux plantes.

    ° Maintient les légumes propres (courgettes, salades, fraises…)

    ° Evite la formation d’une croûte superficielle imperméable lors de pluies importantes. Le sol restera meuble et nécessitera moins de sarclage et binage.

    ° Permet de recycler une partie des déchets du jardin et évite de les porter à la déchetterie.

    ° Représente une source d’humus intéressante après dégradation, favorable à la fertilité du sol et la vitalité des plantes. Favorise la vie biologique et le travail des vers de terre (les paillis plastiques n’ont pas cet intérêt ).

    ° Ralentit la prolifération des « mauvaises herbes ».  Le paillage va intercepter les rayons du soleil, empêchant alors la germination. Pratiqué à temps, le paillage limitera considérablement l’arrivée des herbes annuelles, tout en barrant la route à la croissance des herbes vivaces.

    ° Exit les désherbants chimiques (la flore et la faune, principales victimes, sans oublier les poumons sensibles et autres allergiques chroniques vous en remercieront). Le désherbage manuel sera également largement limité.

    Les différents paillis

    Nous trouvons 3 catégories de paillages, chacun présentant ses spécificités.

    Le paillage organique

    . La paille : évidement la paille broyée est la première citée !  Les pailles de céréales, faciles d’usage et peu onéreuses, apportent beaucoup de potassium mais aussi nombreuses graines de graminées qui germeront dès la première pluie.

    . Les feuilles  : une fois évacuées de vos pelouses, placez-imagesles au pieds des arbustes et plantations, en les broyant pour créer un petit tapis bien tassé (10 cm idéal)

    . Le compost : non seulement celui-ci protégera les cultures, mais il nourrira le sol. Préférez-le à mi-chemin de décomposition (ni trop frais, ni trop décomposé)

    . Les écorces de pin : très décoratives, elles sont conseillées pour plantes acidophiles (camélia, azalée, magnolia etc)

    . Les tontes de gazon : attention, laissez l’herbe sécher, sinon, vous brûlerez vos plantes au lieu de les protéger ! Seul inconvénient, il faut  renouveler ce paillis ou le compléter car il se décompose vite.

    Photo0289-672x372

    Bois Raméal Fragmenté

    . Le BRF (Bois Raméal Fragmenté) : nous en avions déjà parlé dans un précédent article.  Passés au broyeur , ils représentent une très bonne façon de recycler les débris de taille. Très riche en lignine, il attire rapidement de nombreux micros organismes qui viendront améliorer la vie de votre sol et transformeront la matière organique en humus. On le trouve différentes sortes en commerces.

  • . Les  coques de cacao : leur belle couleur est du plus bel effet dans les jardins ou dans les pots !  Elles possèdent des caractéristiques agronomiques incomparables et un pH situé autour de 5,7.  Leur seul inconvénient : un coût un peu plus élevé dû à l’obligation de l’importer. Au final, c’est jolie et efficace mais ni économique, ni écologique !. Les paillettes de chanvre ou de lin : ce sont des paillis propres et décoratifs de part leurs couleurs claires. Ils ont de très bon pouvoir de rétention d’eau et se décomposent lentement.

    . Les déchets de fruits à coques et noyaux : noix, amandes, noisettes, olives, pêches etc. Cependant, il faut y penser et en manger…vraiment souvent pour obtenir une quantité raisonnable !

  • da46a497-95e9-4d55-8bc8-8f6dcf278e03

    Pouzzolane

     

     

    Le paillage minéral

    Très décoratif, ce dernier  n’améliore pas la fertilité du sol et retient peut être un peu moins l’humidité? Cependant, comme il ne transforme pas, il est extrêmement durable et ne nécessite pas d’apport régulier.

    L’ardoise : de style très contemporain, le paillis d’ardoise souligne parfaitement vos massifs. Plus lourde que la pouzzolane, l’ardoise est toute aussi résistante. Elle est couramment utilisée pour les massifs de plantes de terre de bruyère ou d’hortensia qu’elle fera bleuir.

    . La pouzzolane : cette pierre de lave, très poreuse et légère, représente un paillis à la fois très décoratif de part sa couleur brun rouge, mais aussi très résistant car inaltérable, incombustible, imputrescible et résistant à tous les aléas climatiques.

    . Les galets : libre à vous de protéger vos sols en jouant les artistes ; °)

    . La brique concassée : briques, tuiles, pots en terre cuites peuvent être récupérés et broyés plus ou moins finement et protéger vos plantations au jardin ou en pot.

Autre techniques : la toile végétale, biodégradable, qui se désagrège au bout de quelques années. Le film plastique, bien que très inesthétique, il s’avère redoutable contre les mauvaises herbes. On peut le recouvrir de paillis plus « joli ».

En fait, vous n’avez que l’embarras du choix !

 

Pas intéressantPeu intéressantMoyennement intéressantIntéressantTrès intéressant (Aucun vote)
Loading...

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

  • Google+