Oréane - Paysagiste

Quel bois choisir pour se chauffer ?

Publié le 27/01/2016 dans Blog, Divers

Délaissé à une époque au profit des chauffages électriques ou à gaz, le chauffage au bois retrouve depuis quelques années ses lettres de noblesse. Retour aux sources, envie d’authenticité, sans oublier le plaisir apaisant que procurent les flammes dansantes…le bois revient également en force dans nos habitations pour des motifs écologiques et économiques. Cependant, il faut respecter certaines règles de sécurité et choisir les bonnes essences.

poêle-à-bois-design-contemporaine-poele-bois-à-faire2
Pour les poêles à bois

Sachez tout d’abord qu’un poêle n’est pas un incinérateur et que nous ne pouvons pas y introduire n’importe quel bois ! Voici quelques conseils :

N’utilisez jamais de bois de récupération, sous prétexte de recycler à moindre coût.  À moins d’être sûr que ce bois n’ait subi aucun traitement, vous devez proscrire tous déchets de meubles cassés (intérieurs et extérieurs), matériaux de construction, aggloméré, contreplaqué etc. En effet, leur combustion peut dégager des molécules toxiques dues aux pesticides, peintures, vernis, colles, etc.

Procurez-vous du bois sec ou laissez-le sécher chez vous. Brûler du bois vert ou humide divisera en effet par 2 le rendement de votre appareil, sans parler de son encrassement. De plus, cela multiplie par 4 les polluants atmosphériques !

– Si vous vous procurez du bois vert, prévoyez un temps de séchage assez long dans un abri ventilé ou à l’extérieur : 15 mois pour les bûches de 30 cm à 24 mois pour les rondins de 1 m. Dites-vous que le bois sèche d’1 cm par an. D’où l’intérêt de fendre les bûches au moins en 2 à partir du milieu et de les stocker dans un endroit abrité des intempéries et ventilé.

– Le bois sec nécessite lui aussi un stockage préalable d’une année. (L’idéal étant de le couper au printemps et le faire sécher à l’été )

Si vous achetez votre bois, exigez la marque “NF bois de chauffage”. Vous pouvez également utiliser des granulés biocombustibles NF.

Inconvénients du bois humide 

  • Difficulté à allumer le feu
  • Le feu dégage beaucoup de fumée avec peu de flammes
  • Accumulation plus rapide de débris à l’intérieur de la cheminée
  • Odeur de fumée à l’intérieur de l’habitat

Longueur du bois 

Il est conseillé d’obtenir une longueur maximale d’environ 15 cm de moins que la longueur « croisée » (longueur la plus longue entre les 2 coins qui ne se touchent pas) de l’intérieur du poêle.

Une combustion efficace et non polluante

  • Le poêle cheminée doit disposer d’une chambre de combustion des gaz dans laquelle une deuxième arrivée d’air, dit « air secondaire » amène l’oxygène nécessaire à une combustion complète.
  • Le foyer doit être bien fermé et de préférence revêtu d’un matériau réfractaire, permettant une bonne isolation thermique du poêle à bois.

banniere-cheminee-buches-bois

 Quel bois choisir ?

  • Les bois durs tels que le charme, le chêne, le hêtre brûlent plus longtemps et plus régulièrement, ce qui limite la fréquence de chargement et le volume
  • Le châtaignier, robinier, arbres fruitiers, etc. ;
  • Les feuillus : peuplier, bouleau, platane, etc.
  • Les résineux ont un contenu énergétique proche, brûlent plus vite et chauffent rapidement, mais encrassent facilement les appareils.

Plus précisément : le coefficient 10 consacre le bois qui délivre le plus de chaleur au m3

  • Charme : 10
  • Chêne : 9.9
  • Frêne : 9.2
  • Erable : 9.1
  • Bouleau : 8.9
  • Orme : 8.4
  • Hêtre : 8.0
  • Saule : 7.1
  • Aulne : 6.7
  • Mélèze : 6.6
  • Tremble : 6.5
  • Tilleul : 5.2
  • Peuplier : 5.0

Cheminées à foyer ouvert : attention ! 4537094_3_8d49_les-feux-de-cheminee-en-foyers-ouverts_eb0dca69cd1b01b8f2d3b86bc89169f5

Vous vous souvenez sans doute de l’arrêté préfectoral décidé par Ségolène Royal, prévoyant d’interdire les feux de cheminée à foyer ouvert. Ce décret, abrogé depuis avant même son entrée en vigueur avait soulevé un tollé, sachant qu’une grande partie de la population française se chauffe par ce moyen, bien plus souvent par nécessité (seule source de chauffage) que par plaisir. Cependant, il ne faut pas nier les aspects sécuritaires et polluants des cheminées à foyer ouvert : elles génèrent de très fortes émissions de particules fines, tout en chauffant peu. Pour plus de sécurité, optez pour une cheminée à insert, normée et en parfait état. Si votre matériel est vétuste, ne prenez pas de risques et renseignez-vous sur les aides éventuelles accordées en cas de rénovation et mises aux normes.

PS : n’oubliez pas que le ramonage annuel est obligatoire et essentiel pour le bon fonctionnement de vos cheminées et poêles. L’idéal étant de les faire réviser et de faire ramoner les conduits 2 fois par an.

Les poêles à bois modernes émettent moins de particules fines pour une meilleure qualité de chauffage. D’où un effort porté par les pouvoirs publics sur le développement des équipements modernes. Un label « flamme verte » a été créé par l’Ademe en 2000 et atteste de la performance énergétique et environnementale des appareils de chauffage. Un crédit d’impôt est par ailleurs accordé aux personnes souhaitant installer un appareil de ce genre. Ségolène Royal a d’ailleurs annoncé, à l’issue de la conférence environnementale, la mise en place d’aides à la conversion des vieux appareils dans les zones polluées.

 
Pas intéressantPeu intéressantMoyennement intéressantIntéressantTrès intéressant (2 vote(s), moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

  • Google+